Dans l’antre de « Supaï »

Un pas puis l’autre, presque accroupi, comme une bête dans sa tanière. Les muscles des cuisses deviennent douloureux. Masques de chirurgien sur les nez et la bouche, respiration difficile. Mais s’en défaire, c’est notamment inhaler les émanations de sulfate de cuivre qui règnent en maître dans les mines du Cerro Rico de Potosi, dans le sud de la Bolivie.

Lire la suite

Publicités